• ADEVA-NC
    ADEVA-NC Association de Défense des Victimes de l'Amiante - Nouvelle-Calédonie
  • ADEVA-NC
    ADEVA-NC Association de Défense des Victimes de l'Amiante - Nouvelle-Calédonie

La définition de l'amiante varie avec les auteurs et, naturellement, avec leur centre d'intérêt :

amiante à l'etat naturel

    • Les géologues, minéralogistes et, en général les spécialistes des sciences de la terre, n'utilisent que rarement le mot « amiante », ils parlent, par exemple de « silicates hydratés fibreux, asbestiformes, aciculaires, etc. » et les classent en deux familles : les serpentines et les amphiboles.
    • Mais cela ne leur suffit pas et, imitant les Diafoirus de Molière du monde médical, ils utilisent une ribambelle de termes prétentieusement scientifiques qui n'ont pas d'intérêt direct pour ce qui nous concerne.
    • Les ingénieurs, architectes et autres techniciens s'intéressent plutôt aux caractéristiques physiques et mécaniques respectives des différents types géologiques qu'ils sont susceptibles d'utiliser.
    • Les membres du corps médical considèrent, quant à eux, les effets sur l'organisme, la santé et, notamment :
    • La bio persistance, c'est-à-dire la capacité de chaque type de fibre à résister à nos défenses naturelles (macrophages, liquides biologiques ) ou à migrer par voie lymphatique,
    • Les dimensions des fibres inhalables, puisqu'elles déterminent leur aptitude à pénétrer plus ou moins en avant dans les voies respiratoires.

Quant à nous, n'ayant pas la prétention à une quelconque compétence scientifique inutile, nous nous contentons de proposer le schéma suivant :

Designation mineralogique

 

 

 

 

Dans ce schéma, nous observons que, seules les variétés chrysotile, amosite et crocidolite sont utilisées pour un usage industriel : il s'agit de l'amiante utilisé par l'homme, après sélection et séparation d'avec sa « gangue » géologique, pour être incorporé à d'autres matériaux afin d'en améliorer des caractéristiques particulières (isolantes, mécaniques, etc.)

L'INRS publie des guides qui informent très pertinemment à propos des aspects descriptif, préventif, règlementaire, etc. de ces matériaux

 

AMIANTE INDUSTRIEL

 

Nous avons, à l’ADEVA-NC, regroupé ses utilisations sous l’appellation «amiante industriel »


32asbestos insulationNous savons, néanmoins, qu’il y a encore de nombreux auteurs qui font le distinguo entre ce type d’amiante « industriel » et l’amiante « environnemental » qui en découle.
En effet, lors de :

 

  • la dégradation des matériaux auxquels ils sont incorporés,
  • l’usure par frottement des garnitures de frein ou d’embrayage qui subsistent encore dans les véhicules anciens,
  • de travaux de désamiantage effectués en dehors des conditions règlementaires,
  • parmi les poussières « oubliées » lors du démantèlement d’anciens ateliers.

 

Il est fréquent de rencontrer, dans l’atmosphère, sous forme d’aérosols, des fibres inhalables dangereuses.

 

ATTENTION  le terme « industriel » s’applique également aux matériaux amiantés «domestiques » puisqu’ils résultent d’un processus de fabrication de type industriel.

 

AMIANTE ENVIRONNEMENTAL A L’ETAT NATUREL

 

Après 13 ans de lutte pour faire connaître les spécificités de notre situation, nous pensons pouvoir revendiquer la paternité de cette désignation que seuls, en France, les habitants du Nord-Est de la Corse pourraient nous disputer.

 " D'ailleurs, pour rendre justice à la presse Corse, nous citons le mensuel CORSICA de mars 2005 qui titre " Amiante    environnemental ou Natural born killer ; c'est la version "bio" de l'amiante industriel et du coup, certains veulent faire croire à l'absence de risque. Pourtant, les maladies dues a une exposition"naturelle", sont connues depuis longtermps....


En effet, les amiantes étant des fibres minérales naturelles, elles se rencontrent à l’état brut lorsque le faciès géologique s’y prête.

amiante dans l'air


Leur dangerosité réside dans leur aptitude à pénétrer dans l’organisme (voies respiratoires presque exclusivement, mais des études sont en cours pour les voies digestives).
Il semble, à priori, que, dans le cas d’absence d’agression extérieure, éolienne ou anthropique(terrassements, extraction, etc. ), l’amiante environnemental à l’état naturel, in situ, avec son humidité naturelle serait moins dangereux pour les personnes exposées : les fibres se présentant « en fagots », les dimensions de ceux-ci les excluent de la capacité d’être inhalés.


Seules les fibres élémentaires (fibrilles) présentent un potentiel de dangerosité avéré.
Ces fibres microscopiques (certaines 1000 fois plus petites qu’un cheveu) pénètrent dans les voies respiratoires, les plus épaisses, dans les bifurcations bronchiques, les plus fines, dans les alvéoles pulmonaires ou, après migration, dans l’enveloppe du poumon, la plèvre.
Les dimensions et la forme des fibres rendent difficile, voire impossible, leur élimination.
Au fil des années, ces fibres, bio persistantes, stockées dans l’appareil respiratoire, se calcifient ou créent une inflammation du poumon et de la plèvre, puis des anomalies chromosomiques à l’origine des cancers.

 

A noter toutefois que l’usage de matériaux naturels amiantifères tels les serpentines, pour le revêtement des routes, entraîne la libération de ces fibrilles mêlées aux poussières inhalées.
L’ADEVA-NC a noté, par exemple, que les conducteurs de camion de transport de minerai ou de roches amiantifères, sont plus nombreux à souffrir des conséquences d’une exposition à l’amiante que leurs collègues qui ne travaillent qu’à l’extraction.

On distingue deux types de contamination par l'amiante environnemental à l'état naturel :

I - La contamination due au contenu naturel des sols
Des excès significatifs de pathologies asbestosiques en relation avec la contamination des sols en Afghanistan, en Bulgarie, à Chypre, en Corse, en Nouvelle-Calédonie, en Grèce, en Italie, dans le Piémont et la Basilicata, en Turquie et en Chine ont été observés

II - Contaminations dues au voisinage de sites d'extraction d'amiante ou de roches contenant de l'amiante.
Sont citées des publications relatives à des  sites miniers ou des carrières en Australie, au Québec, aux U.S.A., en Finlande, en Corse, au Japon, en Grèce, en Sicile, à Chypre, en Russie et en Afrique du Sud (Wagner, 1960,Brit.Ind.Med., 17, 260-271 : Cette communication a été le principal point de départ de toutes les études consacrées aux relations amiante-mésothéliomes, tant en milieu de travail que dans l'environnement, par exemple au bord des routes où circulaient des camions transportant le minerai)
Concernant la Corse, indépendamment de la pollution due à la contamination des sols dans le Nord-Est de l'île, on est toujours en attente d'une étude portant sur le site minier de Canari, avec rececensement des victimes du milieu de travail et de l'environnement.
Quant à la situation qui prévaut, en Nouvelle-Calédonie, la lecture du présent document et la consultation des pièces citées suffisent à justifier la qualification d'homicides multiples organisés : on ne peut parler de génocide, car toute la population est concernée !

L'ADEVA-NC tient à la disposition des personnes intéressées, la bibliographie des études publiées relatives aux contaminations, par source et par pays. 

 

IL N’Y A PAS DE TRACABILITE PERMETTANT, A POSTERIORI, D’ATTRIBUER UNE ORIGINE AUX FIBRES INHALEES : CELA EST UN HANDICAP LORSQU’IL S’AGIT DE METTRE EN ŒUVRE UNE REELLE POLITIQUE DE PREVENTION : IL FAUT DONC FAIRE DE L’INFORMATION ET DE LA PREVENTION TOUT AZIMUT ET, NE PAS CONFONDRE LUTTE DES CLASSES ET SANTE PUBLIQUE : TOUT LE MONDE EST CONCERNE. CET AXIOME PREND TOUT SON SENS EN NOUVELLE-CALEDONIE OU L’ON RENCONTRE AUSSI BIEN DE L’AMIANTE INDUSTRIEL QUE DE L’AMIANTE ENVIRONNEMENTAL A L’ETAT NATUREL

 

L’AMIANTE N’EST PAS « DIRECTEMENT DANGEREUX », C’EST UN MINERAL INERTE, IL N’EST PAS PATHOGENE COMME PEUVENT L’ETRE LES BACILES, MICROBES,VIRUS, ETC.

 

Sa dangerosité tient seulement à sa forme et à sa taille qui lui permettent de pénétrer très en avant dans l’organisme où il est perçu par nos défenses naturelles comme un intrus dont il s’agit de se débarrasser.


On peut donc dire qu’il n’est dangereux qu’en raison de sa seule présence dans l’organisme : On peut vivre au contact de l’amiante : il suffit d’éviter son absorbtion, soit par les voies respiratoires, soit (peut être) par les voies digestives

 

011 A (angström) = 0,1 nanomètre = 1 dizième de milliardième de mètre

Section de chrysotile vue au META : Photo extraite de la Revue de la Société de l'Industrie Minérale, N° 20 de décembre 2003 : "La Société Le Nickel, passé, présent et avenir" par Michel ESTERLE

 

 

02

 Photo au META d'une lame mince de serpentine dégradée provenant du minerai de la Mine Surprise, à NEPOUI, Il est possible de voir distinctement deux fibres de chrysotile.

 

La communauté scientifique admet que, pour des fibres type OMS ( longueur supérieure à 5µm, largeur infèrieure à 3µm), le poids d'une seule fibre serait de 0,000.000.000.005 grammes ! (5.10-12 g). Cela semble coroborer les résultats avancés par les exploitants, qui estiment, quant à eux, que seulement 5% des matériaux extraits peuvent être commercialisés.

lundi, décembre 18, 2017

Login Form

Compteur de visites

172531
Aujourd'hui
Hier
Cette semaine
Ce mois-ci
Le mois dernier
Depuis l'ouverture
40
129
1131
2122
3332
172531

Votre adresse IP: 54.163.210.170
Heure serveur: 2017-12-18 06:48:11